Photographie 1 : le recul du trait de côte à l’extrémité septentrionale de l’embouchure du Payré, accompagné du retrait de la dune du Veillon, entre le 13 octobre 2014 (en haut) et le 9 juin 2016 (en bas). © Paul Gaborit, communauté de communes Moutierrois-Talmondais.

Par Paul Gaborit (animateur du PAPI du marais du Payré, Vendée)

Située sur la commune de Talmont-Saint-Hilaire, l’embouchure du Payré correspond au système poulier/musoir le plus remarquable du littoral des Pays de la Loire (voir fiche de synthèse N° 8 « les côtes meubles en région Pays de la Loire »), en même temps qu’à l’un des secteurs côtiers les plus dynamiques du littoral régional.

Depuis plusieurs années, l’une des manifestations les plus nettes de ce dynamisme concerne le recul du trait de côte au niveau de la plage et de la dune du Veillon (photographie 1).

Les observations et les relevés réguliers effectués par Paul Gaborit, animateur du PAPI du marais du Payré (communauté de communes Moutierrois-Talmondais) rendent compte d’un recul de plusieurs dizaines de mètres par endroits, en quelques années seulement. L’érosion se produit essentiellement au niveau du poulier, qui désigne la flèche sableuse commandée par la dérive littorale et barrant partiellement l’embouchure du Payré (figure 1). Elle s’accompagne d’une réduction remarquable de la dune du Veillon, celle-ci ayant été particulièrement affectée par la succession de tempêtes de l’hiver 2013-2014. En raison de l’érosion du poulier, l’intérieur de l’embouchure du Payré se trouve par ailleurs davantage exposé à la houle. Cette modification rapide des conditions d’exposition au niveau de l’embouchure se traduit par un recul avéré sur la rive droite de l’embouchure, rendue plus vulnérable aux houles de sud-ouest. Localement, des chutes d’arbres ou des racines déchaussées attestent ce recul (figure 2).

Le recul du trait de côte dans l’embouchure du Payré et au niveau de la dune du Veillon

Laisser un commentaire