Le projet d'Observatoire Régional des Risques Côtiers en Pays de la Loire s'inscrit dans un contexte général qui témoigne, à toutes les échelles, de la volonté de renforcer la connaissance scientifique des risques côtiers et d'améliorer leur gestion. Il s'agit concrètement de rassembler les connaissances et les acteurs du risque, afin d'envisager des actions de plus en plus pertinentes et efficaces.

Présentation OR2C
Carte présentant les observatoires régionaux en France métropolitaine

Figure 1 : les observatoires régionaux.

A l’échelle européenne, l’OR2C coïncide par exemple avec la volonté de l’Union de se doter d’une stratégie renforcée de gestion des risques côtiers. Si cette volonté n’est pas nouvelle (ex : projet Corine érosion côtière, 1987-1990), elle se consolide cependant depuis les années 2000 avec l’émergence de projets d’envergure européenne (ex : programme Eurosion, 2002-2004) mais également avec l’amélioration des cadres législatifs européens (ex : directive d’évaluation et de gestion des risques d’inondation, 2007).

Au niveau national, la France consolide progressivement son arsenal législatif, en particulier depuis la tempête Xynthia (2010). Les Programmes d’Actions de Prévention contre les Inondations (PAPI) ont par exemple été élargis aux inondations par la mer dès 2011. En 2012, la France s’est également dotée d’une Stratégie Nationale de Gestion Intégrée du Trait de Côte (SNGITC) afin de mieux faire face aux enjeux relatifs aux risques côtiers et en particulier à l’aléa recul du trait de côte. Cette stratégie répond à un nouveau programme d’actions pour 2017-2019.

L’OR2C se positionne conformément à cette stratégie qui engage l’Etat et les collectivités dans une démarche de connaissance et de stratégies locales dont l’objectif est de prendre en compte l’érosion côtière dans les politiques publiques. Parmi les premières recommandations du comité de suivi de la SNGITC figure en particulier l’amélioration des connaissances disponibles afin de « mieux connaître pour mieux agir ». Ces recommandations vont aussi dans le sens d’une régionalisation des stratégies locales, qui a pour finalité de mettre en œuvre de véritables stratégies territoriales de gestion.Dans ce contexte, l’observation du trait de côte est devenue un enjeu de premier ordre et la tendance consiste désormais à favoriser la mise en place d’observatoires régionaux comme l’OR2C. En tant que structures pérennes s’appliquant à un linéaire côtier régional, ces observatoires fournissent en effet une aide précieuse à la connaissance et à la gestion des risques côtiers. De ce fait, ils structurent progressivement le littoral français qui compte actuellement un observatoire en cours de réalisation (OR2C), un observatoire en projet et quatre observatoires actifs (figure 1):


Région des pays de la Loire

L’OR2C est financé par la région Pays de la Loire et s’inscrit par conséquent dans la continuité des projets déjà financés par la région depuis près de 10 ans (GERRICO, COSELMAR, RS2E-OSUNA). L’observatoire s’engage activement en conformité avec la convention régionale 2012-2016 en faveur de la gestion durable du trait de côte, dont les 3 principaux objectifs constitent à :

Bâtir une stratégie régionale pour la protection face aux risques littoraux dans une perspective de gestion durable du trait de côte.

Mettre en œuvre cette stratégie par des actions d’information, de coordination et de financement.
Favoriser l’approfondissement et le partage des connaissances entre acteurs du littoral.